Parce que la rénovation ne peut plus attendre

Depuis sa construction au début du XXe siècle, le Musée d’art et d’histoire (MAH) n’a jamais fait l’objet d’une rénovation complète. Aujourd’hui, il y a un point sur lequel tout le monde est d’accord: il faut restaurer le Musée. Son état de délabrement avancé impose des travaux de toute urgence.

Ce constat n’est pas nouveau mais ne permet désormais plus de tergiverser. Outre le confort des visiteurs, les conditions d’exposition posent des problèmes majeurs en termes de conservation des œuvres. Le superbe bâtiment Camoletti souffre en effet de nombreux maux…

  • L’état intérieur et extérieur se détériore, ce qui entraîne de sérieux problèmes de fonctionnement et de sécurité. Sans compter l’image désuète qu’il apporte au Musée. En 2008 déjà, une corniche s’est effondrée, mettant en danger les visiteurs.
  • Les problèmes d’isolation, d’hygrométrie et de chauffage engendrent des désagréments pour les visiteurs, les employés et les œuvres qui ne peuvent être conservées dans des conditions adéquates.
  • En raison de températures trop élevée ou trop basse, des salles voire le musée dans son entier ont dû être fermés aux visiteurs à plusieurs reprises, durant l’été 2015 par exemple (plus de 35°C).

L’impossibilité de garantir de bonnes conditions climatiques est à prendre très au sérieux: elle peut avoir des effets irréversibles sur des pièces uniques. Ces dernières années, plusieurs salles ont dû être définitivement fermées car elles ne répondaient plus aux exigences de conservation. En 2008, une corniche s’est effondrée, menaçant la sécurité des visiteurs comme celle des œuvres.

A l’image de La Pêche Miraculeuse de Konrad Witz, le Musée dispose d’œuvres d’importance majeure dans l’histoire de l’art qui méritent des conditions de conservation dignes de leur valeur. Il en va de même des pièces historiques, qu’il s’agisse des trésors de l’antiquité ou des témoins de l’histoire de Genève!

Parce que le projet est issu de
15 années de concertation

Le projet a sensiblement évolué depuis sa première version afin de prendre en compte l’ensemble des critiques et remarques à son égard. Quinze années de concertation lui ont permis d’évoluer et de s’affiner sensiblement en fonction des remarques des différentes parties impliquées. Le crédit de construction a été plébiscité par une large majorité du Conseil municipal en mai 2015.

Le nouveau Musée permettra aux Genevois de jouir pleinement de leurs collections de renommée internationale et dans les meilleures conditions possibles. Les nouveaux espaces seront parfaitement adaptés à la muséographie moderne et permettront une mise en valeur optimale des collections.

Parce que le nouveau Musée permettra de mieux valoriser nos collections

Le Musée dispose de collections d’une richesse inouïe dont seule une infime partie est accessible au public: plus de 98% de ses pièces dorment dans les réserves!

  • Seuls 270 tableaux sont exposés sur une collection qui en compte 6’400; 30 œuvres de Ferdinand Hodler sont proposées aux visiteurs sur les 150 dont dispose le Musée.
  • Avec ses 70’000 objets, le Musée jouit de la plus grande collection archéologique de Suisse mais la grande majorité de ceux-ci ne sont malheureusement pas visibles. L’intérêt de ces œuvres n’est pas à prouver quand on sait qu’elles sont régulièrement prêtées à d’autres institutions renommées.
  • La création de nouveaux espaces permettra également aux Genevois de se réapproprier les collections du Musée de l’horlogerie, fermé depuis 2002, et d’instruments de musique.

Avec 6’500 m2 de surface utile en plus, soit près de 50% en plus par rapport à la situation actuelle, le projet de rénovation et d’agrandissement répond concrètement au manque de place dont souffre le MAH. Les mezzanines prévues sur les étages supérieurs jouiront d’une grande luminosité et l’ensemble a été pensé afin d’assurer une cohérence optimale aux différentes collections.

Parce que Genève mérite un Musée digne de ses habitants et de ses visiteurs

Le projet prévoit de nombreuses surfaces accordées au confort des visiteurs et visent à donner une nouvelle dimension au Musée, au cœur de la vie des Genevois. Un véritable lieu de rencontre, d’échange et de détente.

  • Aujourd’hui inadaptés, les espaces d’accueil pour les visiteurs, les écoliers ou dédiés à la médiation culturelle seront agrandis.
  • Les accès pour les personnes à mobilité réduite seront largement améliorés.
  • Un forum, accessible même pendant les heures de fermeture du musée, accueillera des activités aussi bien artistiques – concerts, danse, théâtre – que scientifiques – cours, colloques, conférences – en lien avec les collections du musée.
  • Le restaurant de 150 places, avec vue sur la Vieille-Ville et ouvert le soir, contribuera à cette nouvelle dynamique sociale.

Le nouveau Musée réunira les amateurs d’art et d’histoire de toutes les générations. Il sera à la fois un objet de fierté ainsi qu’un lieu de vie et de partage pour tous, familles, enfants et seniors.

De même, le Musée renforcera sa vocation de transmission culturelle et mettra en valeur l’histoire de Genève pour les écoliers et les jeunes générations.

Parce que des partenaires privés financeront la moitié des coûts

Le partenariat public privé élaboré pour mener à bien le projet de rénovation et d’agrandissement du Musée représente une opportunité unique.

D’un point de vue strictement financier, les Genevois ont tout à gagner. Grâce à ce partenariat, le projet revient moins cher à la collectivité que la rénovation seule qui serait entièrement à sa charge.

Le crédit de construction de CHF 131 millions soumis au référendum ne tient pas compte des CHF 67 millions émanant de multiples donateurs privés. Ce financement qui visait initialement à couvrir l’agrandissement participera ainsi également à la rénovation. Une aubaine pour le contribuable !

Cette contribution reflète la tradition historique du mécénat à Genève. D’ailleurs, 80% des pièces du Musée sont issues de dons, de legs ou de prêts.

Parce que des collections prestigieuses viendront enrichir celles du Musée

La Fondation Gandur pour l’Art s’est engagée à apporter une contribution de CHF 40 millions en faveur de l’agrandissement. En outre, elle présentera ses remarquables collections d’archéologie, de beaux-arts et d’arts décoratifs dans le nouveau Musée durant 99 ans.

  • Une collection d’objets d’Egypte pharaonique enrichira celle du musée et offrira un panorama très large de cette époque qui fascine le public.
  • Outre l’archéologie, la Fondation exposera au musée des œuvres des beaux-arts et des arts décoratifs.

Une collection exceptionnelle et d’une grande valeur, qui attise les convoitises d’institutions prestigieuses s’offre au Musée! Cette opportunité est unique mais pourrait échapper aux Genevois : la convention stipule que le premier coup de pioche des travaux doit être donné en 2018 au plus tard. Ce délai associé à l’état de délabrement avancé du Musée doit nous inciter à voter en faveur du projet.